Paroles d’encordée : Adeline

Je suis Adeline, j’habite à Rennes et je suis déléguée régionale de l’association Brain up

 

encordée Rennes Santé

La Cordée : Tu es encordée et salariée. Peux-tu nous en dire plus ?

Je suis déléguée régionale pour une association qui œuvre dans la prévention santé, en Bretagne, Basse Normandie et Pays de la Loire. Nous travaillons auprès d’un public de retraités, mais aussi de salariés (en lien avec la gestion du stress et du sommeil), d’enfants et d’ados (en lien avec la nutrition et la gestion des émotions). Je coordonne la mise en place d’actions sur mon territoire. Cela va de la recherche de subventions, de nouveaux partenaires, d’intervenants, au contact avec les partenaires locaux pour la logistique de la réalisation des ateliers…

La Cordée : Tu es donc au contact d’un public de personnes âgées depuis quelques années. Vis-à-vis des actions que tu mènes pour eux, observes-tu des changements dans leurs pratiques ? Dans leur rôle dans la société ?

Tout à fait. Un changement sociétal : depuis très peu de temps (2-3 ans), le gouvernement a mis en place des financements concernant la prévention de la perte d’autonomie. Prévenir plutôt que guérir en somme. En 2050, le nombre de seniors aura quasiment doublé et il n’y aura pas assez de places dans les hébergements médicalisés. Il s’agit donc de faire en sorte que les personnes âgées restent plus longtemps chez elles et de préserver leur autonomie.

Lorsque je lis les retours de fin d’ateliers que suivent les participants, je vois bien qu’ils prennent conscience qu’ils sont les premiers acteurs de leur propre santé. Ils y apprennent des pratiques et conseils faciles à mettre en place au quotidien. Comment mieux mémoriser en stimulant ses sens, par exemple. Ces ateliers leur apportent en plus du lien social, ce qui est primordial pour la santé.

santé et seniors

Ces actions permettent également de mettre en valeur les partenaires locaux avec lesquelles on travail. Ce sont essentiellement les CLIC (Centres locaux de coordination et d’information), les mairies, les centres socio-culturels. Auparavant , ils avaient l’impression de servir de petites mains avec l’arrivée de toutes ces nouvelles actions de prévention. Désormais, nous réfléchissons collectivement sur la mise en place des actions. Leur redonner leur place de relais locaux permet ensuite aux participants d’avoir une meilleure connaissance de leur territoire et des actions mises en place.

C’est un cercle vertueux. D’autant plus qu’en travaillant comme ça, ça rend aussi l’association plus visible. Et je ne m’y attendais pas ! C’est top, c’est le petit bénéfice caché.

La Cordée : Vis-à-vis de ces partenaires locaux, observes-tu des pratiques changeantes ? Quel est l’impact, selon toi, de la numérisation des pratiques dans ces structures ?

Si, pour moi, les outils numériques sont indispensables au quotidien, car je travaille sur une grande zone et à distance, ce n’est pas du tout leur cas. Ces structures s’adaptent à leur public qui n’est pas encore digitalisé, tout passe donc par le format papier. En parallèle, ils mettent en place des ateliers numériques (tablettes, numériques, internet) à destination des seniors.

La Cordée : Tu en es télétravail. Ça change quoi, selon toi ?

Tout d’abord, ceux de l’équipe qui sont en télétravail sont en espace de coworking. C’est une volonté de notre employeur. C’est nécessaire pour ne pas souffrir de la solitude et pouvoir faire de vraies coupures.

Et puis, tu y rencontres des gens qui ont d’autres réseaux, et par connexion ça peut donner des trucs sympas ! Pour ma part, ça accroît le réseau des intervenants, de partenaires, ça m’ouvre l’esprit sur de nouveaux ateliers.

Ceux de l’équipe qui sont en bureau travaillent également en open space mais ils sont tous collègues. Ils restent donc dans le même cadre. Je me demande si ça ne rend pas moins productif. Même si les relations sont très bonnes, tu n’es pas à l’abris de tensions passagères. En étant seule de mon équipe à la Cordée, je n’ai pas à gérer ça !

En revanche, on se passe des coups de fil, sinon ça manque un peu d’échanges. Histoire de partager des expériences et de pouvoir les partager avec des gens qui comprennent et qui pourraient vivre la même chose !

Envie d’en apprendre plus sur les métiers liés à la santé ? C’est par ici !

Merci à Sophie Spéciale pour ses illustrations (@superspeciale).

Catégories :

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *