Pourquoi vous ne trouverez pas des franchises la Cordée

On nous demande bien souvent : mais pourquoi ne faites-vous pas de franchise ? On entend même régulièrement des journalistes parler des franchises de la Cordée, comme si c’était un modèle unique, presque un terme générique, persuadés probablement que c’est le seul moyen possible pour développer un projet rapidement ou sur une grande étendue géographique.

Mais nous sommes fermement opposés à ce modèle, et nous l’avons été depuis les débuts de la Cordée. Des créateurs de communautés de travail nous demandent depuis 2012 si nous accepterions de les prendre comme franchisés. Et nous refusons gentiment, depuis 2012 :).

Pourquoi ? Pour trois raisons :

  1. Formatage

La franchise est un modèle qui part du principe qu’un modèle est éprouvé (depuis 2 à 3 ans), et que l’on va pouvoir reproduire ce modèle. Pour cela, on écrit de manière très précise le modèle (process, tarifs, commercialisation, communication, etc), dans un document qui peut atteindre 200 ou 300 pages. L’idée est que cela rassure et facilite la vie du franchisé, en cadrant bien ses actions. Mais en contrepartie, cela limite sévèrement les initiatives que le franchisé peut prendre localement.

A nos yeux, c’est un outil de formatage. De même que nous en avons tous marre de voir les mêmes chaînes de magasins dans nos centre-villes, nous préférons de loin donner à chaque Cordée son autonomie pour écrire son identité à sa manière. Et nous préférons aider d’autres à créer leur vision du coworking, en les conseillant mais sans les contraindre à un modèle économique ou à une décoration.

  1. Injustice

Le modèle de la franchise fonctionne avec un pourcentage du chiffre d’affaires, reversé chaque année au franchiseur en échange du savoir-faire et de la communication effectuée par la marque.

Nous questionnons ce modèle, car il apporte beaucoup de valeur dans les 12 à 18 premiers mois, lorsque le franchiseur apprend son métier. Mais rapidement, dans la grande majorité des cas, le franchisé en sait assez pour faire fonctionner son commerce en autonomie. Les royalties annuelles paraissent ainsi de plus en plus injustes, au fil des années, et de nombreux franchisés quittent la franchise lorsque leur contrat le permet.

Nous ne voulons pas de ce type de relations contraintes dans la construction de la Cordée. Soit nous ouvrons les Cordées nous-même, en investissant l’argent et en assumant pleinement les risques, soit nous aidons d’autres, mais sans toucher de l’argent sur le long terme.

  1. Modèle peu durable et risqué

On le sait peu, mais le taux de pérennité des franchiseurs est inférieur à celui des entreprises en général. A 5 ans, le taux de survie d’une entreprise est de 50%. Pour les franchiseurs, il n’est que de 30%. Cela signifie que la franchise est un modèle fragile, où les meilleurs franchiseurs prennent leur indépendance dès que possible et où le coût de contrôle et de communication est très important.

Toute la vision de la Cordée étant tournée vers la création d’un modèle pérenne, pas difficile de comprendre pourquoi cela nous rebute :).

On pense tout cela depuis longtemps, mais nous n’avions jamais eu l’occasion de l’écrire. Maintenant, c’est fait ! Et longue vie aux projets diversifiés, créatifs, osés, pérennes qui se créent un peu partout, qui font vivre nos territoires et leur apportent de l’identité, loin d’un modèle formaté de la franchise qui n’est plus au goût du jour.

3 réponses
  1. DAVID
    DAVID says:

    Bonjour
    et merci pour cet article
    je suis en charge du commerce organisé à la cci lyon métropole (et donc de la franchise)
    votre article est intéressant car il met bien en perspective quelques interrogations que suscite la franchise (même si je ne suis pas forcement d’accord avec tous vos constats)
    en revanche je suis étonné de votre dernier chiffre relatif au taux de survie de franchiseurs (30%)
    pouvez vous me donner la source cela m’intéresse
    pour suivre assez assidûment cette thématique je n’ai jamais vu ce chiffre auparavant (au contraire les différentes études annuelles de cabinets, banquesou instituts de sondage indiquent le contraire)
    pouvez vous donc me donnez la source et les modalités d’analyse de cette stat
    cordialement et merci
    M David

    Répondre
    • Michael Schwartz
      Michael Schwartz says:

      Bonjour,

      Les chiffres honnêtes sont en effet très durs à trouver en ligne, les franchiseurs évitant autant que possible ce type d’informations. Nous tenons l’information d’un spécialiste des réseaux commerciaux, qui accompagnent des développements de franchise depuis 30 ans.
      Mais difficile de vérifier !

      Par contre, les franchisés ont en effet une pérennité supérieure à la moyenne des créations d’entreprises. Ce sont les nouveaux franchiseurs qui s’écroulent en grand nombre.

      Répondre

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *